Encorps

2017

Relevé d'empreinte en scotch adhésif et encre de gravure de mes vêtements.

Dimensions variables.

La fabrique de mémoire d’Anna L’hospital 

 

Prélever une empreinte. Retirer la peau. Garder une trace. Telles sont les étapes de création d’Anna L’hospital. L’artiste plasticienne se fascine pour lesobjets duquotidien (chaises, tables, manteau). Elledécide de les recouvrirde scotch, deles calquerà l’aide d’une mine de plomb, puis de retirercette “peau fabriquée” pour en garder un vestige, un souvenir... Le résultat donne une mue, non plus animale mais matérielle, qui amène le spectateur à s’interroger sur l’origine de cet objet et sur l’histoire de sa décomposition. C’est le cas d’“Encorps” (2016), oeuvre réalisée à partir d’un manteau “calqué” à l’aide de scotch transparent et d’encre de gravure, qui consiste, comme le définit l’artiste elle-même, en une “série d’impressions de traces fantomatiques de vêtements”. L’objectif : rendre visible l’invisible - ici, les plis d’un vêtement.

 

Fanny Bellocq

(Journaliste chez RFM)

© 2018 by Anna L'hospital.